Criminalité et insécurité généralisées, voici le bilan de Hollande !

Le bilan sécuritaire de François Hollande et de son gouvernement est catastrophique. Un média français a publié samedi 8 avril les statistiques du dernier bilan trimestriel des crimes et délits. Celui-ci affiche des résultats atterrants. Excepté les vols d’automobiles et de deux-roues (-6,8 %) et les séquestrations (-8,4 %), toutes les catégories sont dans le rouge.

Les banlieues, abcès purulent de manifestation du « vivre-ensemble » et de la diversité

Florilège : Les cambriolages de résidences principales ont augmenté de 2 %, les vols à la tire de 4,5 %, les règlements de comptes entre malfaiteurs de 25 %, les homicides et tentatives de 3,5 %, les viols de plus de 8%, les destructions et dégradations volontaires de biens publics et privés de 4,3 % et les outrages et violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique de 1,2 %.

Les bandes ethniques défient l’État et mettent la police à l’amende

Sur ce dernier point, les motifs de passage à l’acte sont clairement identifiés. « Il n’y a plus de respect pour le porteur d’uniforme. Une partie de la population, certes minoritaire, cherche à tout prix la confrontation avec l’autorité et refuse souvent le contrôle d’identité » explique Philippe Capon, le patron d’Unsa-police. Dans les quartiers, « le travail serait devenu infernal ».

Et l’invasion migratoire que ni l’Union européenne ni les États membres n’ont voulu voir venir ni empêcher a également sa responsabilité tant elle a bouleversé l’emploi des forces de police susceptibles de venir en renfort dans ces quartiers sinistrés.

Auteur LM
Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *